24 février 2011

La Mère Joie: Restau rance

Fin mai 2008
Tags: Till the cat, AstridM, Je veux un bébé, Lisa Marcel isidri, Papa Cube, Marlène Schiappa, E-Zabel, Isabelle Duvert, Maman Travaille, blog de papa, blog de maman, blog de parents, Camilla Gallapia, Camille Ravier, La Mère Joie, blog maternité, maternité, maternage, parentalité, culpabilité grossesse, isolement maternité, baby blues, futur papa, jeune papa, future maman, blog de mamans, Marlène Schiappa Bruguière, La Mère Joie, Valérie Klobb, blog moi je, blog de working maman, blog 9 mois, 9 blogueurs, Benjamin Buhot, Marie Mamans testent
Et ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants. Enfin deux (on dirait qu'à l'époque on saurait pas que je serais en ce moment-même à un mois de mon troisième accouchement). Une fille de dix ans, brune comme un poil de burne, un fils de sept mois, Kojak attitude.


"Bon, comment on s'organise pour ce soir ?"




Mademoiselle Commandante avait un gala de danse sur deux soirées, vendredi et samedi au théâtre municipal de Funky Town.. Nous, nous avions un Grognard sur deux-cent-dix veillées d'affilée au QG (à nourrir toutes les deux heures au maximum. Oui, à sept mois, m'en parle pas d'une affaire...).
Le calcul était vite vu en réalité : il était nettement plus simple que je garde et allaite peinarde le Grognard tandis que mon Légionnaire accompagnerait la petite Bleue dans le monde des entrechats et des seins dans les mollets. Du moins pour la première représentation... Car  j'avais bien une idée derrière le cortex pour le lendemain...


"Légio, demain, tu vas pas de nouveau assister au spectacle (savoir guider l'homme dans son intérêt à lui) ni glandouiller sur le parking pendant ce temps-là (frôler la dictature mais toujours de façon altruiste)... On pourrait aller au restau (proposer tout de même une alternative sympa. Pour toi). On déposerait la Fräulein à l'entrée du théâtre, pof on boufferait et hop, on irait la récupérer ! Elle est pas bonne mon idée qu'elle est bonne ?!
- T'es sûre ? Il est petit le petit pour le trimballer le soir...
- Ca nous ferait une sortie, Légio ! Tu vas voir, ça va le faire ! Mais si, mais si ! Les bébés, c'est bien connu, on peut les emmener partout !"


Y avait bien une logique dans mon raisonnement : le théâtre avec un tout minuscule riquiqui non, le restau oui ! C'était la loi du ventre qui primait.
J'avais quelques scrupules à ne pas accompagner le fruit de mes entrailles pour me gaver de victuailles et surtout ne pas pouvoir montrer ma nouvelle belle robe à la jet set locale (le Maire de 7500 habitants, les médecins du canton et les enseignants de l'école privée Notre-soeur-des-culs-bénis) en posant ma zézette d'Albator sur fauteuil rouge lors du bal des pucelles. Mais bon, eh ! Eh, quoi ! La dure loi du ventre... Une loi à laquelle je ne pouvais déroger...


[...]


"T'as le bavoir ?
- Oui chef !
- T'as les couches de rechange ?
- Ah parce qu'il risque de chier pendant qu'on bouffe, Légio ???
- Chérie...
- Fräulein, t'es prête ??? C'est qu'on a réservé au Relai du Rognon, nous ! S'agirait pas qu'on soit en retard à cause de toi ! Pour une fois qu'on peut bouffer tranquilles au restau !!!"


[...]


Nous sommes installés confortablement à la table du Relai du Rognon, mon Légionnaire et moi sur une chaise, Grognard dans sa poussette. Hum, ce plat a l'air exquis ! Mais... Mais... Qu'est-ce que cette odeur putride qui m'envahit les narines ?


"Légio, je crois que le Grognard a fait... Plouf plouf, ce sera toi qui le changera !
- Grrrr !
- Ah si, Légio, on a fait plouf plouf !!!"


Alors mon Légionnaire, n'écoutant que la voix du mari brimé du bon père résonnant en lui se dirige vers une pièce annexe vide, sorte de petit salon (le relai du Rognon fait aussi hôtel) et rend à son fils toute sa dignité de bébé tandis que sa fondue de poireau poireaute.
En revenant, le Grognard a faim aussi. Je pose ma fourchette et entreprends une tétée au dessus de ma salade d'écrevisses. J'essaie de ne pas lui mettre de vinaigrette dans l'oeil au Grognard. Ce repas est un pur délice pour les sens.


"Beuuuuurk !"


C'est bien, le Grognard a fait son gros rototo, la vieille dame du fond s'est même retournée pour en applaudir la qualité sonore.


"Bon, Grognard, t'as bien bu, t'as le bidou tout tendu, maintenant TU RETOURNES DANS TON MACHIN A MICROBES !"


J'aurais pas dû m'y prendre ainsi... Le Grognard, il est pas content. Pas content du tout. Il hurle. La vieille du fond me jette un oeil sombre.


"Je vais aller l'endormir en le poussant dans sa poussette dans le petit salon."


Mon Légionnaire s'éloigne, la serveuse amène à présent son croustillant de pied de porc (c'est un mec, un vrai, avec des goûts de mec).
Et il revient pas mon Légionnaire. Et son croustillant de pied de porc refroidit. Et mon ris de veau est presque fini. Et j'adresse un grand sourire à la vieille qui me regarde. Et je me lève pour retrouver mon bien-aimé. Je me fais un peu chier sans lui, c'est pas le ris de veau dans son jus qu'a de la conversation (mon Légionnaire non plus à dire vrai mais j'ai l'impression qu'il m'écoute, lui).


"Il pionce toujours pas ?
- Nan."


Le Grognard chiale toujours.


"Bon, je te remplace.
- C'est bon, c'est bon.
- Si si, Légio, va manger pendant que c'est froid mais pas trop."


[...]


A y est, a y est, a y est, il dit plus rien !!! Je-m'en-retourne-à-taaaaaaable ! J'avance-à-petits-pas. Je-ne-fais-pas-de-bruits. Je-stoppe-la-poussette. Je-tire-ma-chaise. Je-m'assieds.


"OUIIIIIIIIIIN !!!"


J'en-ai-marreu.


"Légio, t'as pris du Valium ?
- Pourquoi ?
- Nan, la question est pour qui..."


Après un dîner en intermittence "Bonjour Légio ! Au revoir Légio !", "Tu veux à nouveau la gougoutte, Grognard ?", "Tu vas pioncer oui ou merde ???", "Madame, vous auriez de la place dans votre congélateur ?", "Wah, j'adore le concept du soufflé essoufflé", nous partons rechercher quelques mètres plus loin sans piper mot Mademoiselle Commandante à la sortie des artistes.


"Alors, ça s'est bien passé, Fräulein ?
- Ouais super ! Et vous ?
- Oh ben, ton frère il a jamais voulu...
"Oh, maman regarde le Grognard, il est trop chou ! Maman, regarde comme il est trop chou le Grognard quand il dort !"




La Mère Joie

11 commentaires:

  1. ah tiens... je viens de revivre ma soirée d'hier soir ! :D

    RépondreSupprimer
  2. A nous ces joies dans quelques temps, on salive d'avance ^^

    RépondreSupprimer
  3. Le grand classique du "Mange, je gère le petit et après on inverse. Par contre grouille toi sinon ça va être froid".

    On est foutus !

    RépondreSupprimer
  4. je connais ce scénario, les bébés se le refilent à la maternité, non ? !!!

    RépondreSupprimer
  5. ça doit être génétique en fait... La nouvelle recrue risque de t'en faire baver XXL aussi, j'ai l'impression que c'est exponentiel !
    ;-D

    RépondreSupprimer
  6. Et encore, la petite vieille ne l'a pas ouverte!
    J'ai assisté une fois à une scène dingue, dans une auberge bondée pour cause d'orage dehors. Un bébé hurlait. Un mec a gueulé: "Vous pouvez pas le faire taire?"
    Et toute la salle s'est mis sur la tronche, les pro-z'enfants d'un coté, les anti-z'enfants de l'autre, digne d'une bataille de Gaulois contre Romains dans Asterix!

    RépondreSupprimer
  7. Nath la Grenouille25 février 2011 14:38

    Excellent !!! et là on se dit qu'il ne faut sortir qu'avec un groupe de bons copains patients, comme ça on fait tourner la poussette à plusieurs et on peut presque manger tiède ^^
    j'espère qu'aucun troll ne donnera cette idée à notre choupette .. j'aime bien le resto snirf...

    RépondreSupprimer
  8. je pense qu'on a toutes une histoire similaire à raconter ! mais il faut dire que là, c'est réellement bien écrit, bravo ! ça me fait penser à mon p'tit bout d' chou de 3 ans, térence qui, ce we, lors du vin d'honneur d'un mariage, me demandait toutes les 30 secondes : "maman, j'veux voir la princesse !! " ( = la mariée ), on finit par arriver jusqu'à elle, et là, monsieur térence sort 2 p'tites bagues de sa poche( qu'il avait piquées à sa soeur une heure plus tot dans leur salle de jeux ), il demande à être pris dans mes bras, se retrouve à hauteur de la "princesse", et là, lui passe la bague au p'tit doigt !!! le mari a d'la concurrence, c'est moi qui vous l'dis, et moi j'ai intérêt à veiller au grain, j'ai pas envie que mon fils devienne un DSK précoce !!(lol)

    RépondreSupprimer