20 décembre 2012

Par Lapuss' et Till the Cat : Barnabé. Un conte de Nativité

Par Lapuss' et Till the Cat 



Il était une fois, dans un pays lointain,
Un preux chevalier prénommé Barnabé.
A la veille de Noël, au plus tôt du matin,
Par sa douce princesse il fût missionné.

La princesse était grosse d’un futur héritier.
Elle souhaitait, malgré tout, un présent lui offrir.
Car, pour elle, peu importe qu’il ne soit encore né.
Être grosse à Noël prive de bien des plaisirs.

T’enquérir d’un présent il te faudra mon cher.
Un présent pour celui que je vais engendrer.
Sur les terres d’Auchan, de Carrefour ou d’Auber
 Tu devras chevaucher toute la sainte journée.

Un doudou, pyjama ou toute autre layette
Je te laisse seul juge de ce qui conviendra.
Mais attention Damoiseau, fais fonctionner ta tête
Car mes hormones et moi ne te pardonnerons pas.

Sur ses mots Barnabé s’engagea dans sa quête.
Il avait la pression mais pensait assurer
Cette mission sans problème. Mais c’était sans compter
Sur les basses manœuvres des grands épiciers
Qui étaient les plus forts en ces périodes de fêtes.
Des promos à gogo, des tentations sublimes
Sous son heaume, Barnabé, surchauffait de la tête.
Ses pensées s’embrouillèrent et dans un geste ultime
Il acheta le présent qu’un sieur lui tendait.

De retour au château, sa mie l’y attendait

S’approchant de sa douce, fier comme un pompier,
Il affichait sourire de celui qui vainquît.
Barnabé, mon amour, dis moi qu’as-tu trouvé
De par derrière son dos Barnabé lui tendit
D’un chevreuil, le cuissot, à tarif réduit.

Ainsi périt celui qui, pendant la grossesse,
A Noël ne pût contenter sa princesse. 

1 commentaire: